Patientez...

Partenariat avec l’ONG Devoir de Mémoire (ODM)

PARTENARIAT ENTRE LA FNIH-CI ET L’ONG DEVOIR DE MEMOIRE

PRÉAMBULE ET CONTEXTE :

Les peuples de l’Afrique en général, et de la Côte d’Ivoire en particulier, ont été martyrisés pendant plus de 400 ans du 16ème au 19ème siècle pour la seule raison de la couleur noire de leur peau.

Ils ont été soumis à l’esclavage et à la traite négrière, puis à la colonisation, ensuite aux travaux forcés et héroïques, à la déportation, et enfin à la lutte pour la décolonisation et l’acquisition de l’indépendance. La traversée de leur vie de martyres a été marquée par de hauts faits historiques, des traces matérielles et immatérielles (témoins de cette page sombre de l’histoire de l’humanité), qu’il importe de s’organiser et de se battre pour les conserver dans la mémoire collective de l’humanité. Il s’agit d’un devoir de mémoire.

Le devoir de mémoire impose que des actions soient menées, à travers différents projets que nous relevons ci-dessous, pour que l’humanité n’oublie pas les tragédies déshumanisantes qui ont eu cours pendant des siècles contre les peuples du continent Africain.

Oublier ces tragédies c’est permettre que demain, par l’accroissement exponentiel des populations de certaines contrées du monde, ou par le développement vertigineux de la science et des nouvelles technologies et leur appropriation par les populations d’autres contrées du monde, les mêmes tragédies ne se reproduisent aux dépens de races les plus faibles.

C’est dans ce contexte que nous, personnes physiques et/ou opérateurs économiques de tout bord, et la Fédération Nationale de l’Industrie Hôtelière de Côte d’Ivoire, avons décidé de nous unir et créer une Organisation Non Gouvernementale (ONG) afin de mener des actions citoyennes pour la défense et la valorisation du « Devoir de Mémoire » en Côte d’Ivoire et dans tout autre pays. Le champ de prédilection des activités de « l’ONG Devoir de

4
Mémoire » couvre des projets comme :
1. « La Route de l’Esclave en Côte d’Ivoire » ;
2. L’histoire et les demeures du père Fondateur de la République de Côte d’Ivoire, feu le Président Félix Houphouët BOIGNY ;
3. La Route des Déportés de l’ère coloniale en Côte d’Ivoire et à l’extérieur de la Côte d’Ivoire ;
. Etc.

La passion qui anime les Fondateurs de « l’ONG Devoir de Mémoire » s’exprimera à travers quatre dimensions :

LA DIMENSION HUMAINE : Comme relevé ci-dessus, il s’agit de préserver le Devoir de Mémoire afin que les mêmes tragédies ne se reproduisent plus jamais. C’est pour les fondateurs et la FNIH-CI, une contribution à la défense de l’espèce humaine.

LA DIMENSION CULTURELLE : L’implémentation des projets ci-dessus énumérés entraine ipso facto le développement de la culture ancestrale des peuples victimes de la traite négrière et de la déportation. Tout au long du chemin de mémoire (Traite Négrière ou Chemin de déportation) les communautés résidentes recevront les appuis nécessaires au renouvellement de différentes facettes de leur art de vivre :

Cérémonies de funérailles
Cérémonie de mariage
Art culinaire
Produits artisanaux
Etc…
LA DIMENSION ECONOMIQUE ET SOCIALE

La traite négrière et les déportations ont soustrait pendant quatre cents ans des populations Africaines, les hommes et les femmes les plus valides et leurs leaders pour des destinations forcées. Conséquences immédiate : le ralentissement du développement humain, le reste de la population ne pouvant se prendre en charge comme il se doit.

L’ONG « Devoir de Mémoire » va permettre de créer, au niveau des régions qui ont été les cibles de la traite négrière et des déportations, des pôles de développement économique et social autogérés par les communautés rurales. Les infrastructures Hôtelières, de Restauration Maquis, de Bars, ainsi que les marchés de vivriers, les marchés de produits de l’artisanat local constitueront les maillons forts des pôles économiques.

Les résultats attendus s’exprimeront en : Création d’emplois ; Création de richesses ; Et en développement social de la population : contribuer au bonheur des autres, c’est la passion de l’ONG « Devoir de Mémoire ».

Le flux de simples visiteurs, de touristes et de pèlerins qui fréquenteront les chemins de mémoire, entrainera un développement prodigieux de l’économie touristique des nations concernées. C’est une arme providentielle que l’ONG « Devoir de Mémoire » se charge avec passion, de contribuer à mettre à la disposition des populations riveraines des chemins de mémoire.

FNIH CI © Copyright 2020

Nous joindre
Design et conception Con7ptoo